Publiez cette page sur votre réseau social

RSS FeedPicasaDeliciousStumbleupon

Abonnez-vous aux flux P501

La nouvelle lubie des sportifs : des bandelettes de scotch. Efficace ?

On a découvert ces bandes bleues et roses sur les plus grands sportifs. En 2012, une photo de Mario Balotelli a fait le tour du monde. Il portait sur le bas de son dos trois bandes bleues, parallèles.

a8b5a  gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw== La nouvelle lubie des sportifs : des bandelettes de scotch. Efficace ?

Mario Balotelli en juin 2012, lors d’un match en Pologne (CHRISTOF STACHE/AFP)

Après avoir vu des sportifs du dimanche adopter ces bandes, je me suis demandé à quoi elles servaient, si elles étaient efficaces et comment on était censé s’en servir.

Sur son site, l’une des principales marques qui commercialise ces bandes, K-Tape, annonce :

« Le K-Taping® est applicable pour un éventail de soins thérapeutiques très varié. Il est devenu un outil indispensable dans le quotidien thérapeutique de kinésithérapeutes, podologues, médecins, ostéopathes… »

Le site propose ensuite une liste de thérapeutes formés par la marque et aptes à poser ces bandes. Je suis donc allée voir Damien Duquesne, ostéopathe proposé par la marque, tout près de notre rédaction dans le 20ème arrondissement.

« Diminuer les inflammations et favoriser les drainages »

Il utilise beaucoup le K-Tape avec les rugbymen de l’équipe du PUC (Paris université club) dont il s’occupe.

« Le principe est celui d’une bande adhésive. Il n’ y a pas de produit dessus. Comme toute bande adhésive de type straps, elle aura un rôle de maintien. Ça décolle un peu la peau pour augmenter la vascularisation.

Le but, c’est de diminuer les inflammations mais aussi de favoriser les drainages. En augmentant la vascularisation, l’inflammation diminue, la douleur aussi. Le muscle est mieux vascularisé donc il reçoit plus d’énergie, il est plus performant. »

Ce qui la différencie d’une bande classique ? Son élasticité variable, qui permet d’exercer différentes pressions.

« Par exemple, sur le muscle, on n’étire pas trop la bande. Par contre, sur un maintien ligamentaire, on utilisera toute son élasticité. »

« Vous n’allez pas vous soigner juste avec le K-Tape »

La promesse est à la fois de soulager des blessures mais aussi de les réparer. Loin de ne jurer que par le K-tape, Damien Duquesne explique qu’on ne peut pas se soigner uniquement avec ces bandes.

Pour lui, c’est un outil à utiliser en complément de sa pratique d’ostéopathie.

« Le K-Tape, c’est intéressant pour tout ce qui est trouble musculaire. Moi, je l’utilise sur les hématomes, pour les drainer, mais aussi sur les tendinites. Je me souviens d’une infirmière venue avec une tendinite du coude, ça avait été vraiment très efficace. »

Coureuse plus ou moins régulière, j’ai souvent des douleurs dans les mollets, pendant l’effort, surtout les dix premières minutes au moins. Il y a un an, j’ai fini par avoir une élongation.

Je demande donc à Damien Duquesne si je suis une bonne candidate au K-Taping. Il répond que « non pas spécialement », mais que ça peut un peu me soulager. Il m’en a donc posé sur mon mollet gauche, le plus douloureux.

J’ai couru avec, 20 minutes. Résultat ? Rien de spécial. J’avais mal au mollet avant de courir et en courant. En fin de course, j’ai pendant un court moment eu l’impression d’être soulagée, mais très vite, la douleur est revenue. Plus forte qu’avant encore.

a8b5a  gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw== La nouvelle lubie des sportifs : des bandelettes de scotch. Efficace ?

Moi même, en train de tester les bandes de K-Taping (Renée Greusard/Rue89)

« Une nouvelle technique de “déco” »

Le K-tape est-il vraiment efficace ? Quand je lui demande s’il accepterait de m’en parler, Jean Jacques Menuet, médecin du sport ne passe pas par quatre chemins. Par SMS, il m’écrit qu’il sera joignable « pour parler de cette nouvelle technique de “déco”, genre papier peint. »

Au téléphone, il évoque ces sportifs « qui ressemblent à des sapins de Noël » et explique :

« Moi,ce qui me gêne, ce n’est pas la technique en elle-même. Ce sont les gens qui la prescrive. [...] Ils sont formés en deux jours par la marque. »

De fait, sur son site, K-Tape énonce ses tarifs. Pour une formation de deux jours en ostéopathie, le fabriquant demande 375 euros. Les ostéopathes ne les payent pas forcément de leur poche : l’école dans laquelle Damien Duquesne enseigne lui a payé cette « formation ».

« Qu’on nous montre des études ! »

S’il ne nie pas l’effet de maintien du K-Tape, Jean-Jacques Menuet ne croit pas à ses vertus sur une tendinite.

« De toute mon expérience sur le terrain, je n’ai jamais vu une tendinite soignée par du K-Tape. »

Il ne reconnaît aux bandes que deux vertus possible. D’abord l’effet placebo.

« Il ne faut surtout pas rejeter cet effet, il est essentiel. Si ça marche pour certains, c’est très bien. »

Le médecin admet également que les bandes « peuvent stimuler la tonicité du muscle », le fait étant reconnu.

Pour le reste, il est dubitatif et rappelle qu’à ce jour, rien ne prouve l’efficacité des bandes sur des blessures musculaires.

« Qu’on nous montre des études ! »

Un effet placebo ?

S’il s’agace autant, c’est qu’il voit un danger dans ces bandes de couleurs.

« S’il y a un effet antalgique, il n’est pas supérieur à l’effet placebo. C’est donc un outil qui ne peut être que complémentaire. Quand un sportif ne va se faire que poser des bandes par un ostéopathe ou un kiné sur une blessure musculaire, on va retarder un soin efficace. »

Il râle quand même contre les « bidulothérapeutes » qui facturent la pose entre 40 et 70 euros et « feraient mieux de poser des bandes chez Saint-Maclou ».

Pour ma part, j’ai payé ma séance d’ostéo 58 euros, mais Damien Duquesne ne m’a pas seulement posé des bandes.

« Je le fais toujours dans le cadre d’une consultation globale et elle est à tarif unique. »

Une fois qu’on a vu comment elles étaient installées, on peut reproduire la pose soi-même, précise-t-il.

Lui ne facture pas les bandes en soi car il n’en utilise pas assez pour les faire payer, et il ne les utilise pas pour tout ce à quoi elles sont censées servir. Entre autres : règles douloureuses, douleurs ligamentaires chez la femme enceinte…

« Suivi thérapeutique du cancer »

Sur le site de la marque, on a l’impression qu’elle recommande ses bandes pour tout et n’importe quoi :

  • « Suivi thérapeutique du cancer »
  • « Abaissement d´organes. »
  • « Travail orthopédique, neurologique » chez les enfants ou les nouveaux-nés.

Il y a aussi sûrement un effet grigri non négligeable. Avec ces bandes sur le corps, on se sent important. Jean-Jacques Menuet les compare à d’autres modes qu’on a vu passer dans le sport de haut niveau.

« Il y a eu par exemple le bracelet Powerbalance que beaucoup de sportifs utilisaient [Il était censé avoir une valeur énergétique, ndlr]. Le sportif est vulnérable, il est toujours à la recherche du truc nouveau, en plus. C’est une proie facile. »

Reste que si l’efficacité des bandes ne semble pas tout à fait prouvée, elles ne font rien de mal. Pas même au porte-monnaie si on sait les poser tout seul : une boîte de quatre rouleaux coûte 46 euros. Pas si cher pour Damien Duquesne, « parce qu’avec un rouleau on en fait beaucoup » et qu’on peut garder une bande jusqu’à cinq jours.

97760  p 89EKCgBk8MZdE La nouvelle lubie des sportifs : des bandelettes de scotch. Efficace ?
Source : Rue89 : Rue89 Sport

GD Star Rating
loading...
DeliciousDiggGoogleStumbleuponRedditTechnoratiYahooBloggerMyspaceRSS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>